Psychologie sociale

  1. 1) Donnez la définition d’une attribution. 2) Illustrez, à l’aide d’un exemple, comment les attributions émises par une personne ont un effet déterminant sur ses comportements à venir.
    • 1)Une ttribution est une inférence ayant pour but d'expliquer pourquoi un événement a eu lieu
    • 2)Une femme qui se fait battre par son mari pourrait attribuer l'événement à la jalousie maladive de celui-ci et le laisser ou pensée qu'elle la provoqué et rester avec lui.
  2. La théorie de Weiner se révèle d’une importance capitale dans la compréhension des attributions causales. Ce dernier postule que les attributions causales peuvent se distinguer sur trois dimensions. Lequel des énoncés ci-dessous n’est pas l’une de ces dimensions?



    C) L’effet de corrélation.
  3. a) J’ai réussi à assembler unmeuble, je suis vraimentchanceux qu’il ne s’effondrepas.
    b) J’ai beaucoup d’habiletédans l’assemblage de cetype de meuble.
    c) Cette fois, j’ai vraimentréussi à suivre les instructions à la lettre et cela a fonctionné!
    d) J’ai demandé à mon amide m’aider à
    assembler cemeuble.
    1)Lieu de causalité(interne/externe)
    2)Stabilité(stable/instable)
    3)Contrôlabilité(contrôlable/incontrôlable)
    • A)Externe, instable,incontrôlable
    • B)Interne,stable, incontrôlable
    • C)Interne, instable, contrôlable
    • D)Externe, instable, contrôlable
  4. En quoi la catégorisation des attributions causales, selon les dimensions de Weiner, se révèle-t-elle très utile?



    D) Elle permet de regrouper les types d’attributions et de comparer les conséquences qu’engendrent ces dernières.
  5. Les attributions émises peuvent être regroupées en trois types principaux, soit les attributions (?) , les attributions (?)  et les attributions de (?)
    • Causales
    • Dispositionnelles
    • De responsabilité
  6. Les attributions causales cherchent à déterminer si les caractéristiques de la personne correspondent à l’action qui vient d’être accomplie.
    Faux, C'est la recherche d'une cause d'un événement, d'un succès ou d'un échec.Ca a pour objet l'explication de l'environnement.
  7. Quel énoncé est faux? Cochez la bonne réponse.



    D) Les attributions sont le reflet de la réalité, ce qui fait que nos prédictions se révèlent justes.
  8. Étant donné que la réflexion causale est exigeante sur le plan cognitif, il est impensable que nous soyons constamment en train de faire des attributions. Il y a des contextes particuliers dans lesquels nous sommes plus portés à effectuer des attributions. Quels peuvent être ces contextes? Nommez-en deux.
    • Une recherche attributionnelle de type réactif:Pourquoi le canadien a gagner?
    • Une recherche attributionnelle de type spontanée:Un gars en shorts l'hivers
  9. Puisque tout le monde émet des attributions selon les situations, il n’y a pas vraiment de types de personnes plus susceptibles de faire des attributions.
    Faux, des dispositions personnelles peuvent amener une personne à faire une réflexion causale plus poussée. Ex quelqu'un qui à un besoin de contrôle élevé.
  10. Les théories (?) se rapportent à la nature des processus qui mènent à la formation d’attributions et portent principalement sur les antécédents des attributions. Par contre, les théories (?) ont pour but de prédire et d’expliquer la nature des conséquences psychologiques (attentes, émotions et comportements) provenant de l’émission de différentes attributions.
    • De l'attribution
    • Attributionnelles
  11. Selon Heider (1958), l’attributeur joue un rôle analogue à celui d’un philosophe essayant de trouver les facteurs qui seraient logiquement nécessaires pour qu’une action se produise. L’attributeur observe les actions d’une personne donnée et en déduit les facteurs qui doivent avoir été présents pour que l’action ait pu être accomplie. L’attribution émise dépend de la contribution relative de deux forces. Quelles sont-elles?
    • La capacité
    • La difficulté de la tâche
  12. Vous faites tranquillement une marche avec un de vos amis, quand quelqu’un arrive et le frappe. Vous vous demandez quel type de personne peut bien faire une chose pareille. Comme vous ne connaissez pas la personne et qu’il vous est impossible de déterminer si son comportement est dû à l’agressivité chez l’acteur, vous pouvez conclure, selon la théorie des inférences correspondantes, que...



    C) le degré de correspondance est faible; il est donc impossible de faire une attribution dispositionnelle.
  13. Selon Jones et Davis, qui ont élaboré la théorie des inférences correspondantes, plus un comportement est adopté en accord avec une norme de désirabilité sociale, plus l’observateur peut faire une attribution de correspondance.
    Faux, c'est l'inverse
  14. Trois facteurs sont proposés dans la théorie des inférences correspondantes comme déterminants de l’attribution de correspondance. Lequel, parmi les énoncés ci-dessous, n’en fait pas partie?



    C) L’effet de récence.
  15. Supposons que chaque fois que vous portez un chandail en particulier les gens se retournent sur votre passage et lorsque vous ne le portez pas, les gens ne font pas attention à vous. Si vous établissez que c’est ce chandail qui fait se retourner les gens sur votre passage, vous basez votre attribution sur quel principe de Kelley?
    Le principe de la consistance
  16. La théorie ANOVA de l’attribution se base sur trois dimensions d’information pour analyser la covariation perçue entre un effet et une cause plausible avec laquelle il covarie. Laquelle, parmi les dimensions ci-dessous, n’en fait pas partie?



    C) L’ignorement.
  17. Selon le principe d’« augmentation » présent dans l’une des théories causales de Kelley, si un étudiant se présente très malade à un examen difficile et qu’il le réussit avec succès, on attribuera alors son succès...



    B) à son intelligence, et encore plus que s’il avait réussi l’examen en bonne santé.
  18. Notre recherche d’informations sera rapide ou très poussée suivant deux facteurs : le besoin de structure cognitive et la peur de se tromper. Par exemple, lorsqu’une personne ressent un besoin (?) de structure et une (?) peur de se tromper, elle émettra une attribution rapidement.
    FORT OU FAIBLE
    • Fort
    • Faible
  19. Lequel des énoncés ci-dessous est faux par rapport à l’approche du traitement de l’information utilisée pour comprendre les attributions?



    B) Le concept central de la théorie est celui de la correspondance entre la clarté de l’attribution de disposition et le comportement observé.
  20. Les études récentes montrent que les attributions sont issues de processus cognitifs élaborés mais qu’elles peuvent aussi résulter de processus rapides, délibérés et jamais inconscients.
    Vrai
  21. Qu’est-ce que le « biais égocentrique » lorsque nous faisons des attributions?
    C'est la tendance à attribuer nos succès à des causes internes et nos échecs à des causes externes.
  22. Parmi les biais d’attribution des observateurs, il y a celui de l’erreur attributionnelle fondamentale. Comme par hasard, votre meilleur ami vous demande si vous connaissez ce type de biais. Évidemment, vous lui répondez que oui, étant donné que vous venez de l’étudier. Expliquez-le-lui en donnant un exemple pour vous assurer qu’il a bien compris.
    La tendance à surestimer l'influence causale des facteurs dispositionnels dans l'explication du comportement d'autrui.Une collègue est bête avec moi parce qu'elle ne m'aime pas, pas parce qu'elle est stressé.
  23. Selon le biais égocentrique, nous blâmons souvent la victime pour ce qui lui est arrivé, et cela est d’autant plus le cas lorsque les conséquences de l’accident sont graves.
    Vrai
  24. Le biais acteur-observateur permet d’expliquer la tendance, importante chez les acteurs, à faire des attributions(?) pour expliquer leur comportement, et la tendance, chez les observateurs, à faire des attributions (?) pour expliquer les mêmes comportements chez autrui.
    • Pressions de la situation
    • Dispositions personnelles
  25. Lequel des énoncés ci-dessous ne se rapporte pas aux processus psychologiques responsables du biais acteur-observateur?



    D) L’acteur devrait effectuer plus d’attributions de type dispositionnel après un échec et plus d’attributions de type situationnel après un succès.
  26. Selon la théorie bifactorielle de Schachter, l’émotion résulte de deux composantes. Quelles sont-elles?
    • L'activationn physiologique
    • Les cognitions expliquant l'activation en question
  27. Refaites l’ordre de la séquence causale proposée par les travaux de Weiner (1985) en ce qui concerne la production des émotions. Étapes possibles :


    • C) la personne juge le résultat ou l’événement comme positif ou négatif;
    • a) une appréciation approfondie de la situation mène à une attribution précise qui produit une émotion distincte;
    • c) les attributions sont codées de façon globale selon les dimensions attributionnelles de Weiner (lieu de causalité, stabilité et contrôlabilité de la cause).
  28. Lequel des énoncés ci-dessous ne se rapporte pas à la théorie attributionnelle de la motivation à l’accomplissement de Weiner?



    D) Elle se sert du concept de motivation intrinsèque pour expliquer pourquoi certaines personnes prennent part à des activités parce qu’elles les trouvent plaisantes.
  29. Weiner a aussi proposé une théorie attributionnelle des conduites sociales qui porte sur les comportements interpersonnels, c’est-à-dire sur les attributions que nous faisons quand nous tentons de comprendre les comportements des autres. Quoique ces attributions reposent sur les mêmes dimensions causales (lieu de causalité, stabilité, contrôlabilité), l’une d’elles semble plus importante sur le plan social. De laquelle s’agit-il?


    A) Contrôlabilité.
  30. Nombre de recherches montrent que les récompenses de toutes sortes, l’imposition de buts à atteindre et la compétition étaient des conditions qui pouvaient augmenter la motivation intrinsèque.
    Faux, ca pourrait diminuer la motivation intrinsèque pour l'activité en question. C'est ce que l'on appelle l'effet de surjustification.
  31. Selon la théorie attributionnelle de la résignation acquise, les conséquences psychologiques les plus négatives devraient être vécues par la personne possédant un style attributionnel (?) ,(?) ,(?)  pour les événements négatifs. Les gens ayant un tel style attributionnel souffrent le plus de symptômes de dépression et d’autres déficits psychologiques associés à l’état de la résignation acquise.



    A) interne, stable, global
  32. L’une des façons de conserver des illusions positives sur nous-mêmes consiste à utiliser des excuses. En émettant une attribution de type interne, par exemple une excuse, vous déplacez ainsi la cause de votre piètre performance d’une dimension centrale de votre personne vers un élément moins central.
    Ca peut être interne mais aussi externe page 226
  33. À la suite d’événements négatifs comme des désastres technologiques, des maladies comme le cancer ou un infarctus du myocarde, quel serait le type d’attribution de blâme associé à un meilleur ajustement psychologique?



    C) Le blâme personnel comportemental.
Author
Anonymous
ID
212118
Card Set
Psychologie sociale
Description
Chapitre 5
Updated